19 décembre 2011

Marlon, un monologue d’Aude Lachaise à la Maison des Métallos à Paris


Par une entrée en scène irrévérencieuse, dansant telle une aguicheuse vraiment godiche, la chorégraphe Aude Lachaise donne d’emblée un ton. Marlon est un spectacle qui surprend et interpelle, à mesure qu’elle explore les multiples facettes du désir et de la sexualité, épelant un véritable système philosophique où toutes les catégories auraient été, presque à l’évidence, passées au crible de sa propre expérience. Car c’est bien le texte qui prend le pas sur la danse, et brille par son intelligence. Sincère et percutant, le discours est d’une précision savoureusement subversive. Il s’agit de dire le désir dans toute sa vérité et ses problématiques, liées à la dichotomie entre féminisme et patriarcat, deux visions qui se déchirent en générant domination, aliénation, et frustration. Excellente danseuse et comédienne, Aude Lachaise maîtrise judicieusement son corps et l’espace, captivant le regard par des postures et mimiques suggestives. Ses gestes symboliques pimentent le sens des mots et les sonorités dont elle se joue. Usant d’une diction sentencieuse, de silences laissant le temps d’ingérer le propos, cette femme fascinante délivre une prestation scénique paradoxalement truculente, et jubilatoire.
Le 11 novembre 2011.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire