15 octobre 2008

Les Monologues du vagin d’Eve Ensler, au théâtre Michel à Paris


  Une heure et quart de spectacle autour du vagin, un terme qui dérange, intrigue, suscite honte ou sourires embarrassés. Sans précédent datant de 1996, ces monologues donnent la parole exclusivement à des femmes, autour de leur intimité ignorée, ou humiliée. Rythmé, contrasté et décomplexé, le ton invite à porter un autre regard, à déculpabiliser celles, nombreuses et trop souvent sujettes à une dichotomie du corps et de l’esprit. Dans une mise en scène quasi inexistante, trois actrices, perchées sur de hauts tabourets, avivent et honorent le texte d’Eve Ensler, le tenant dans leurs mains, pour intensifier l’universalité des propos de ces voix qui s’élèvent, de ces femmes qui ont osé témoigner. Elles affichent jouissance et conscience d’être investies d’une mission. Malicieuse, provocante, Nicole Calfan dégage de la prestance ; explosive, Sonia Dubois est hilarante ; en blonde évaporée et naïve, Aurore Auteuil a certes une voix moins puissante et assurée que les autres au début, mais se laisse vite gagner par l’effervescence. Trois voix s’alternent, se rejoignent en chœur, et déclenchent fou rires ou… consternation. Car on ne peut évoquer le sexe féminin sans témoigner des humiliations, violences, tortures, dont il fait l’objet : a-t-on déjà rituellement procédé à l’ablation du pénis, équivalente à l’excision ou à la couture des petites lèvres, pratiques répandues pour réduire au silence ce sexe, pourtant inhérent à l’être ? Et de rappeler également que dans nos pays civilisés, le viol est coutumier. Un tel discours affranchi aurait pu scandaliser, son succès prouve que les mouvements féministes ont déjà fait beaucoup évoluer les mentalités. Il semble que les multiples représentations et l’intérêt constant du public soient le signe d’une réappropriation et d’une réhabilitation légitime du corps et de l’identité. En ce qui concerne le respect de l’être, loin d’avoir progressé, puissent ces voix perpétuellement s’élever.
Août 2008.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire